vendredi 2 mars 2007

Jour 24

Je m'ennuie du parti Rhinocéros. Il me semble qu'eux, au moins, faisaient des promesses loufoques en sachant qu'ils faisaient des promesses loufoques. A écouter les partis ces jours-ci, je me dis qu'ils ignorent à quels points ils peuvent être à côté de leurs pompes, parfois.

Une chance, Québec solidaire existe. Non, je ne discuterai pas du bien-fondé de leur programme. Il est essentiel d'avoir un parti de gauche dans notre société. Ne serait-ce que pour nous rappeler, collectivement, qu'il existe encore des "pauvres", des gens qui n'ont eu aucune chance dans la vie, des locataires habitant des taudis loués à des prix exorbitants, des itinérants, des enfants qui ne mangent pas toujours à leur faim et des femmes qui vivent dans une misère digne du tiers-monde, camouflée derrière nos mots ronflants et nos bonnes intentions. Qu'on veuille rétablir l'équilibre en redistribuant la richesse, j'en suis. Pour paraphraser Félix Leclerc, qu'on arrête de donner du poisson aux gens et qu'on leur montre à pêcher, j'en suis. Tout à fait et deux fois plutôt qu'une.

Mais comment peut-on voir en Québec solidaire une alternative crédible? Un parti sans chef mais avec une direction bicéphale, des candidats associés, et deux partis (QS et le Parti Communiste) pour le prix d'un... Je sais, c'est une jeune formation politique, qui a tout à apprendre et qui n'a pas encore ni l'expérience ni les travers des vieux partis. Mais Françoise David a pourtant trempé, quand ce n'est pas dirigé, moultes associations toutes plus organisées les unes que les autres. Et Amir Khadir, sous des dehors rebelles, n'est pas le dernier des tarlais que la terre ait porté. C'est dommage, parce que beaucoup de gens, à cette élection, auraient pu être tenté par l'aventure.

Citation du jour: «Les choses vont très bien. Regardez-nous bien aller.» André Boisclair
J'ai juste pas hâte de voir quand ça va mal aller...

6 commentaires:

brem a dit...

Amir Khadir, en tant que médecin spécialiste qui fait + de 150 000$ par année a le beau jeu pour défendre les pauvres. Guy A. Lepage aussi. Qu'ils donnent donc leur salaire à des organismes de charité, moins 60 000$, qui est un salaire moyen voir.

Anonyme a dit...

@ Brem: Un médecin qui gagne 150 000$ et donne énormément de son temps et de l'énergie pour une cause qui, en plus, fait la promotion de faire payer davantage les riches (donc, lui-même) a à mes yeux beaucoup plus de crédibilité qu'un citoyen moyen qui ne trouve rien d'autre à faire que de chialer sur tous les partis politiques. Je ne suis pas un "QS-addict", mais faut redonner à Khadir ce qui lui revient et arrêter de le dénigrer de façon gratuite.

Parler pour parler a dit...

Pour ma part, Québec Solidaire n'a pas le monopole de la solidarité. La solidarité ne vient pas uniquement de la gauche. Il faut de l'argent, misère, et un bon système économique. On doit s'attaquer à l'endettement et encourager la richesse, si on veut aider les démunis. Idem pour le parti vert, il n'est pas nécessaire d'avoir ce parti. Il faut juste s'assurer que les partis au pouvoir ont un plan vert.

Anonyme a dit...

La fouine dit;
Il est démontré que nous avons actuellement suffisamment de richesse pour permettre à tous les Québécois d'assurer leur besoins essentiels. Se nourrir, se vêtir, se loger et avoir accès aux services de santé et d'éducation. Comment se fait-il qu'il y ait tant de gens qui aient recours aux banques alimentiares ? Il suffit de revoir le partage des richesses. Le jour ou les barêmes d'aide sociale permettront de couvrir ces besoins essentiels, on n'aura plus besoin des banques aliemntaires, des soupes populaires, des paniers de Noël, des petits déjeuners dans les écoles etc. De toute façon le financement de toutes ces activités de charité provient de nos poches, pourquoi pas se servir de nos impôts pour nourrir tout le monde convenablement alors. Québec Solidaire est le seul parti qui aborde le problème de pauvreté sous cet angle, mieux distribuer la richesse.Mais je ne voterai pas peur ce parti cette année, je veux qu'on se débarasse des Libéraux avant, peut-être QS sera-t-il une option la prochaine fois.

Michel Verret a dit...

Je jour où il suffira de rester assis tranquillement sur son cul pour recevoir absolument tout ce dont on a besoin, je vois mal comment on va réussir à motiver la gang qui va devoir continuer à pédaler pour financer tous les autres. Pour les gens aptes au travail, la pauvreté doit demeurer assez inconfortable pour qu'ils souhaitent s'en sortir au plus sacrant. Je vois mal où est la solidarité si on me demande de fermer ma gueule (sous peine de me faire traiter de néolibéral sale) et de ramer pour trois vu qu'il y en a deux qui ont décidé que je pouvais générer assez de richesse tout seul pour subvenir à tous leurs besoins de base pendant qu'ils se font de l'argent de poche au noir.

Anne C. a dit...

À "parler pour parler" qui remet en question l'existance du Parti vert :

Le Parti vert n'est pas là pour prendre le pouvoir mais pour influencer les autres partis. Son existance a précisément pour but de s'assurer que les partis de pouvoir font une place aux politiques environnementales dans leur programme. C'est aussi un parti qui sert la démocratie car il permet à ceux pour qui la problématique environnementale est essentielle de s'exprimer et de sonner les cloches des autres partis.

Et puis c'est un parti "issue de secour" : voter vert sert aussi un vote de protestation.